SergeSommer.com
SergeSommer.com

     Conférences pédagogiques,                    Interventions publiques

Témoignage, pédagogie, psychologie enfants/ados,

psychanalyse, alcoologie, addictologie, philosophie...

Plan de conférence en bas de page

Intervention aux Journées d'Études de l'association de prévention Vie Libre - Rhône-Alpes
Organisées par Madame Georgette Carneval

Vidéo, montage : Gné Films

25 mars 2017, Vogüé (07)

Intervention publique à MARSEILLE pour la journée de prévention 2016

de l'association Addic Action 13 organisé par Josette Legall et toute l'équipe des bénévoles

Une belle journée de partage, merci à Carole Perret pour son invitation, à Véronique Verpillon et les personnes de l'IRFSS Croix Rouge de Lyon pour leur accueil, aux intervenants qui m'ont accompagné durant cette conférence, et à toutes les personnes présente pour leur participation, leur intérêt et la pertinence de leurs questions. Merci également à Joel Pillon qui est venu représenter les amis de l'association Vie-Libre, un plaisir de faire connaissance et d'avoir son soutien. Merci Charles Sommer mon fiston qui est venu faire qq rush, pour avoir qq extraits en vidéo. 

(12 mai 2016)

Merci aux élèves de troisième année de l'IREIS Annecy en formation sanitaire et sociale, pour leur attention et la pertinence de leurs questions lors de ma première conférence du 1er septembre 2015, ainsi qu'à Mr Estabel pour son invitation, ce fut un très enrichissant moment de partage !

PLAN DE CONFÉRENCE :

 

1 - Présentation et remerciements

 

2 - Résumé du premier livre, Autopsie du Silence

    Enfance, adolescence avec les rendez-vous manqués, début de l’alcoolisation.

 

3 - Résumé du second livre, Au-delà du Verbe

    Bilan 10 ans après, jusqu’à la cure.

 

4 - Temporalité

     Rythme scolaire, temps des choix, temps d’analyse, pour être prêt,

     Les intervenants, la disponibilité, les informations.

 

5 - Pluridisciplinarité et transdisciplinarité

    Importance de chacun des maillons pour créer une chaine, transmission des informations, cas par cas, outil empathique, valorisation de l'hypersensibilité

    Responsabilités, implications, infantilisations, libre-arbitre.

 

6 - Conceptions du temps, perceptions humaines

   “Le temps n’a pas d’importance, seule la Vie qui nous traverse compte”

 

 

CONTENU :

 

    À travers mon parcours, je m’applique à mettre l’accent sur la nécessité de pluridisciplinarité et de transdisciplinarité dans le domaine des addictions, le retour à la complexité de la personne, et de sa temporalité interne. Les méthodes protocolaires étant successivement en échec, 9 premières cures sur 10 n’aboutissent pas sur une abstinence totale. On ne peut proposer le même parcours de soin au dépressif devenu alcoolique et à l’alcoolique devenu dépressif, on ne peut traiter de la même manière celui qui boit une bouteille de whisky entre 8h et 20h en évitant l’ivresse, et celui qui boit une bouteille de whisky entre 20h et 22h dans l’objectif d’une ivresse. 

 

    Il me semble important également de valoriser tout travailleur social, lui redonner sa “responsabilité”, que je préfère nommer son “pouvoir humain”, ou “pouvoir d’amour”, car il est essentiel de comprendre que l’intervenant social est souvent le premier interlocuteur de la personne en difficulté, celui qui prendra la main du soigné pour la mettre dans la main du soignant. Il doit être à même de comprendre, par empathie, sans se laisser envahir, trouver les mots, les attitudes qui vont permettre au malade de “passer le pas”, souvent dé sociabilisés, le premier pas est souvent le plus compliqué à franchir. J’aime illustrer ce concept en racontant ma propre expérience, fin d’été 2013, alors qu’il n’y avait pas de psychologue disponible au centre d’alcoologie d’Annecy, la secrétaire, qui a senti à ma voix l’urgence au téléphone, a insisté pour me voir, pour en parler, pour trouver une solution. Une semaine après elle avait pu me trouver une rendez-vous avec le médecin alcoologue, qui réussit à m’envoyer pour une seconde cure dans un établissement mutualiste de la Loire, à St Galmier, quinze jours après. Depuis, je n’ai pas craqué une seule fois. J’étais prêt cette fois-ci, et cette secrétaire a entendu peut être cette opportunité, en tout cas, lorsque j’en parle, j’aime dire qu’elle voulait me sauver la vie, et que ce sentiment m’a fait le déclic. Le premier lien avec “l’autre”, la prise de risque de la confiance, en l’inconnu, l’acceptation de poser les armes... Prenant appui sur mon histoire, je me laisse guider par les questions souvent pertinentes de mon auditoire. 

 

    Mon papa est parti de la maison sans donner signe de vie, lorsque j’avais 7 ans, je me suis retrouvé seul, mes sœurs étant déjà grandes, avec une mère anxiogène et hystérique, borderline. À 18 ans, un homme arrive dans ma vie, j’apprends alors qu’il est mon véritable géniteur, et que je suis enfant de l’adultère. Mon papa ne saura jamais qu’il n’est pas le géniteur. Ce vrai père auquel je m’attache disparait un an après, sans plus jamais donner signe de vie. Je suis alors déjà alcoolique depuis mes 16 ans, dans l’ivresse et l’autodestruction, ainsi que dans la consommation de cannabis et de popers. La résilience auprès de mon épouse et de mes trois garçons (il n’y a pas de hasard !), notamment en étant père au foyer durant 10 ans... Puis à 35 ans, la prise de conscience de ma maladie alcoolique, la recherche de mon géniteur qui va se solder par la rencontre avec une grand mère à peine connue. Mon père est mort depuis plus de 11 ans, il était homosexuel et parmi les premières victimes du sida. Cette grand mère meurt d’un AVC, 3 semaines après notre rencontre, comme si elle m’avait attendu pour faire la paix... S’en suit un parcours thérapeutique, 4 psychothérapies dont 2 au centre d’alcoologie, et une psychanalyse qui durera 6 ans. J’arrive en 2013 in extrémis à sortir la tête de l’eau. Malgré une première cure cette année-là dans une clinique privée, au rayon psychiatrie, je ne m’alimente pas suffisamment, les problèmes sociaux et familiaux annoncent le fond de la piscine... J’en suis alors à une bouteille de Jack Daniel’s par jour, plus un protocole médicamenteux qui me laisse à coté de mes pompes, antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques, thymorégulateur, IPP, paracétamol codéïné... Ainsi que cannabis qui, traité comme médecine douce, avec une posologie adaptée, à l’instar des empereurs Chinois depuis 5000 ans avant JC, et de nombreux pays aujourd’hui, accompagnera mon sevrage quelques temps, pour me laisser à ce jour avec uniquement un antidépresseur.

 

Je pars du principe que le temps est une illusion, une perception humaine, mais qui n’est sans doute pas la réalité intrinsèque de l’Univers. Notre conception sera déjà différente selon si nous sommes nés en occident, où le temps est perçu de façon linéaire, ou en orient où la perception du temps est cyclique. Transcender l’Être, c’est lui permettre de retrouver toutes ses ressources ici est maintenant, dans l’instant présent, en s’affranchissant des angoisses du futur, pour apprendre la confiance en son sens de l’adaptation, ainsi que du poids culpabilisant du passé, pour apprendre à y puiser la force et l’enrichissement de cette confiance. “Le temps n’a pas d’importance, seule la Vie qui nous traverse compte”